top of page
  • Photo du rédacteurCaroline

Un projet d'orientation scolaire préparé

Enseignements de spécialités : cinq conseils pour bien les choisir

En seconde vous devez choisir les enseignements de spécialités que vous étudierez en première. Un choix parmi 13 matières pas toujours facile, surtout quand son projet d’orientation n’est pas encore totalement défini. Contacter Delphine du Passage de Focus Avenir Paris https://www.focus-avenir.com/conseil-orientation-scolaire-paris


Au lycée général, en plus des matières du tronc commun, les élèves suivent trois spécialités en classe de première parmi lesquelles deux sont conservées en terminale. Le choix de ces matières se fait dès la seconde parmi 13 enseignements possibles.

Un tri qui pose beaucoup de questions tant ces spécialités peuvent avoir un poids dans l’accès à l’enseignement supérieur. Alors comment choisir, surtout quand on n’est pas sûr de sa future orientation ? Voici cinq conseils pour vous aider.

13 spécialités au choix

Dès le 2e trimestre de seconde vous formulez quatre vœux provisoires de spécialités, sans les hiérarchiser, que vous réduisez à trois au dernier trimestre. Un choix à faire parmi 13 spécialités :

  • Arts (arts plastiques, arts du cirque, histoire de l’art, musique, danse, cinéma audiovisuel ou théâtre),

  • Éducation physique, pratiques et cultures sportives,

  • Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques,

  • Humanités, littérature et philosophie,

  • Langues, littératures et cultures étrangères ou régionales,

  • Littérature, langues et culture de l’antiquité (latin ou grec),

  • Mathématiques,

  • Numérique et sciences informatiques,

  • Physique-chimie,

  • Sciences de l’ingénieur,

  • SES (Sciences économiques et sociales)

  • SVT ou biologie-écologie (uniquement en lycée agricole).

1. Regardez les spécialités enseignées dans votre lycée

Avant de faire un choix, renseignez-vous auprès de votre lycée sur les spécialités proposées, car tous ne proposent pas l’ensemble de ces matières. En théorie, même si votre lycée ne propose pas la spécialité que vous souhaitez choisir, vous pouvez quand même la suivre. Dans la pratique cela demande une organisation spécifique.

Par exemple, uniquement si cette option est compatible avec votre emploi du temps, vous pouvez suivre la spécialité dans un autre lycée proche du vôtre qui la propose. Dans ce cas demandez vous si vous êtes prêt à faire ce "va-et-vient" entre les deux établissements toute l'année.

Si votre emploi du temps ne vous le permet pas, vous pouvez suivre la spécialité via le Cned c’est-à-dire en enseignement à distance. Là encore, demandez vous si vous vous sentez prêt pour ce genre d’enseignement : découvrir une nouvelle matière que vous travaillerez seul, en autonomie.

Pour des questions d’organisation, certains lycées imposent des combinaisons de spécialités. Par exemple, si vous prenez la spécialité maths, vous devrez peut-être obligatoirement l’associer avec la spécialité physique-chimie ou SVT.

Autrement dit, en choisissant une spécialité, il peut être utile de vous assurer que vous ne serez pas ensuite imposé de l’associer avec deux autres matières. Cela vous évitera des mauvaises surprises et jouera, peut-être, sur votre choix final.

2. Renseignez-vous sur le programme des spécialités

Si vous hésitez entre plusieurs matières, vous renseigner sur les programmes des spécialités peut vous conforter dans vos choix. Est-ce que les chapitres étudiés vous parlent, vous donnent envie ? Dans laquelle de ces matières vous vous projetez le plus ?


"J’ai éliminé des spécialités en raison de leur programme, explique Lina, lycéenne en seconde. Par exemple j’hésitais à prendre HGGSP, mais quand j’ai vu tous les chapitres étudiés je ne me suis pas sentie assez motivée pour prendre cette matière."

Et parce que la pratique vaut mieux que la théorie, pourquoi ne pas demander à vos professeurs d’assister à un cours de spécialité ? Lola a eu l’opportunité d’aller dans un cours de LLCE espagnol. "C’était très intéressant parce que j’ai pu voir comment se passe un cours. Ça m’a conforté dans mon choix de prendre cette spécialité maintenant que j’ai pu appréhender ce qui m’attend l’année prochaine."


3. Informez-vous auprès des formations du supérieur

Louise doute encore sur sa décision finale en raison de son orientation post-bac : "J’ai l’impression qu’en fonction du trio que je choisis je peux me fermer les portes de la fac de psycho ou de l’école de cinéma que j’aimerais peut-être intégrer." Il est vrai que pour certaines formations le poids des spécialités est fort. Par exemple, difficile d'envisager des études d'ingénieurs si on n'a pas suivi la spécialité maths.

Pour autant, dites vous que les choix que vous faites aujourd'hui ne vous enfermerons pas dans un tunnel duquel vous ne pourrez plus jamais sortir. Des passerelles existent et les formations d’enseignement supérieur sont aussi attentives à votre projet professionnel que vous pouvez encore mûrir pendant deux ans.

Pour vous aider dans votre choix, si vous avez déjà des idées d’établissements ou de formations que vous aimeriez intégrer pour vos études supérieures, n’hésitez pas à les contacter directement pour leur demander s’ils ont des préférences ou des recommandations.

Vous pouvez aussi vous rendre sur Parcoursup. Même si vous n’êtes pas (encore) concerné par la procédure, le site est une mine d’informations sur les formations qui mettent en ligne leurs attendus et parfois les spécialités à privilégier pour les intégrer.


4. Choisissez en fonction de vos capacités…

Soyez lucide sur vos capacités à suivre dans telle ou telle spécialité. L’objectif n’est pas de vous mettre en difficulté mais que vous puissiez exceller dans ces matières aux forts coefficients : coefficient 16 pour chaque spécialité suivie en terminale et coefficient 8 pour la spécialité suivie uniquement en première, dont la moyenne intègre la note du contrôle continu. "En début d’année j’hésitais entre LLCE anglais et espagnol. Mais finalement je vais choisir espagnol parce que j’ai plus de facilités dans cette langue", explique Lina.

Si des doutes subsistent malgré tout, n’hésitez pas à en parler autour de vous : vos amis ou vos professeurs peuvent être de bons conseils. Lina reconnaît que faire un choix est loin d’être évident "surtout si on ne sait pas ce qu’on veut faire plus tard. On nous demande de faire des choix pour notre avenir mais parfois nos envies changent donc c’est difficile de choisir."

5. …et de vos goûts !

Un dernier conseil pour choisir : faites-vous confiance ! Même si vous ne savez pas avec précisions ce que vous voulez faire, vous savez ce que vous ne voulez pas faire. Rappelez-vous qu’un cours de spécialité en première c’est 4 heures par semaine et 6 heures en terminale ! Il faut donc être prêt à beaucoup travailler ces matières dont les programmes sont assez lourds. Alors autant choisir des matières qui vous plaisent.

source : Par Marine Ilario l'Etudiant

4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page